Dimanche 22 décembre – Fédérale 3 – Gan 16 / AS Pont Long 18. Retour en images ICI
Bien sûr cela était compliqué en visitant des Gantois sacrément déterminés et plein d’envie, capables d’accélérations, et souvent inspirés dans le jeu au pied. Mais si la force d’une équipe réside dans son aptitude à savoir faire front dans les moments délicats, l’ASPL a montré son savoir-faire, en ne cédant jamais à la panique et en appuyant là où ça fait mal lorsque les circonstances se présentent. Tout aussi bien: sa discipline rarement prise en défaut, condition quasi essentielle dans une joute aussi serrée.

Dans l’air du temps, consultation de la base sans doute au préalable, Pont-Long sans banderoles ni drapeau a sans cesse affiché une résolution du style “On ne lâche rien”. Même et surtout quand les locaux sont passés devant au score, ce groupe est demeuré serein et a gardé une forme de maîtrise ressemblant beaucoup à cette force tranquille, autre slogan des années 80. Tiens, tiens, nos “vert et noir” sont-ils en train d’écrire, à leur manière, non pas l’histoire qui est une autre paire de manches, simplement leur histoire ? Depuis combien de temps n’avons nous pas été leaders de poule, de surcroît avec une rencontre en retard ?

Pas de quoi s’enflammer outre mesure mais on a bien le droit de goûter à cette gourmandise, même si c’est avec modération vu la longueur du chemin encore à arpenter. Ce match à Gan, donc, n’a jamais été un long fleuve tranquille avec ce ruisseau du Neez tout proche, que l’on sait capable de découcher, trop étroit qu’il est parfois dans son lit. Assez taquin également pour nous rappeler que le rugby se joue parfois sur des terrains où les appuis sont aléatoires. Mais, on le redit, en ce premier jour d’hiver, l’ASPL n’a pas voulu mourir de boue, poussant la coquetterie jusqu’à revenir après la pause avec des maillots d’un vert printanier.

A ce moment de la partie, avec une avancée des avants et deux pénalités, tout semble bien embraqué. Sauf que la révolte locale, est belle et louable, à un degré tel que le ciel devient moins accueillant pour les visiteurs, menés que nous sommes (16-11) à l’approche du dernier quart d’heure. Ok, ça sent un peu le roussi. Un peu seulement car entre l’envie de ne rien céder et la force mentale, voilà que la ligne arrière met son grain de sel en allant à dame. Comme pour affirmer que la trêve à la mode rugbystique, n’aura pas lieu à l’approche des fêtes. La suite, crispante, est vécue selon son camp; trouvée pleine de maîtrise d’un côté, emplie de péchés véniels dans l’autre en espérant la pénalité salvatrice. La messe est finalement dite, bien avant minuit.
GAN 16
Ont Joué : Pasquier – Couture, Pillardou, Soules, Marestin – (o) Barantol, (M) Cambon (Cap) – Terradot, Condouret, Iglesias – Genebes, Laplace – Masse, Michaut, Pedegert.
Sont entrés : Pouzacq, Sedze, Cazale, Belesta-Labourdette, Olympie, Carrere, Choley.
Entraineur : Nicolas Labaigs et Mickaël Armary
PONT-LONG 18
Ont joué : Cauna – Fourtine(Cap), Pailhé, Samadet, Peyroulet – (o) Dany, (m) Lafourcade Rigail – Lacassia, Man, Farge – Lorenzo, Courade, – Taitusi, Alonso, Cazalet.
Sont entrés : T. Castéran, Benali, Berges, Galabert, Volan, Castagnet, Carricart.
Entraîneurs : David Laperne et Freddy Forgues
A Gan : Mi-temps 3-11 – Arbitre : Stanislas Many. 750 spectateurs
Pour Gan : 1 essai Michaut (45e), 1 transformation Pasquier (46e), 3 pénalités Pasquier (30e, 48e, 60e)
Pour Pont-Long : 2 essais Courade (11e), Cauna (68e), 1 transformation Dany (69e), 2 pén. Samadet (35e, 40e).