Dimanche 20 octobre – Fédérale 3 – Villeneuve de Marsan 11 / AS Pont Long 17. Retour images ICI

Déjà fortes et constantes pour les seniors B, les rafales de vent vont fortement peser sur la physionomie de cette partie que l’on a pour habitude de savoir compliquée en terre villeneuvoise, saison après saison. En choisissant de l’avoir dans le dos après le repos, l’ASPL a assurément joué finement car mieux vaut éloigner l’adversaire de sa ligne de but au fil des minutes menant au trille final. D’autant que cette formation de Villeneuve s’appuie sur une présence physique rarement au ralenti, devant on y est habitués mais aussi derrière. A ce jeu permanent des percussions, faut plaquer sans relâche, mais en même temps montrer assez de lucidité pour prendre tous les espaces et s’y engouffrer: difficile malgré tout de tamponner à qui mieux-mieux et être aussitôt disponible en défense.

Première opportunité saisie dès la 5ème minute, où le ballon gagné vole de mains en mains pour l’essai en coin… impossible à transformer vent contraire. Pas grave, l’important est d’envoyer un signal fort à des locaux point avares de détermination. Lesquels, se voient récompensés de deux pénalités pour, au changement de camp, virer en tête. Rien de joué donc, et les plus inquiets sont en face de l’ASPL qui n’arrivent que rarement à faire sauter le verrou.

Certes, il va céder rapidement après la reprise et porter notre déficit à 6 points. L’essai de Villeneuve ? Le résultat d’un défi physique au bout de moult « rentre dedans ». Mais dans cette forme de jeu, il arrive bien souvent – sauf à créer une différence significative – que les forces laissées en route finissent par amener une inévitable usure , donc à éroder la lucidité. Et à payer cash cette débauche: en deux/trois coups et autant d’accélérations, Pont-Long plante son deuxième essai… toujours orphelin de transformation. L’équipe locale tient encore mais d’un fil (11-10) d’où ce commentaire (lucide) d’un supporter de la main courante: jusqu’à quand ? Pas plus tard qu’à l’heure de jeu, toujours en conclusion d’accélérations, vient le troisième essai près des poteaux et, ouf, transformé (11-17).

Tel est pris en vitesse, qui croyait prendre avec ses muscles ! Oui, si l’on veut choisir les raccourcis, mais reconnaissons à Villeneuve une vraie envie de sortir de cette spirale négative, rendue inefficace bien plus par l’absence de confiance que par les décisions arbitrales. Témoin, cette action devant nos poteaux où un joueur fait écran et empêche (peut-être) l’essai de la victoire. C’est dire si, faute de passer une pénalité avec ce vent tourbillonant et se mettre quasiment à l’abri, l’ASPL à continué à plaquer et plaquer. Pour finalement assurer l’essentiel, très très appréciable et apprécié à sa juste valeur: Villeneuve ne sortira pas toujours battu de son terrain.