Samedi 6 avril – Fédérale 3 – AS Pont Long / Gan Olympique. Petit retour en images ICI

La phase qualificative arrivant à la fin, inévitablement les données mathématiques sont présentes dans les têtes au coup d’envoi: d’un côté des visiteurs pas qualifiables mais maintenus sans frayeur ce qui est louable pour un promu, de l’autre une ASPL désireuse de confirmer sa performance à l’USEP, et d’effacer aussi le revers de l’aller en terre gantoise. Oui, le score final montre que la partie a été déséquilibrée mais le tableau d’affichage a plusieurs lecture: celle brute et sans concession des chiffres, et celle du ressenti sur le terrain vu du public. Car en relevant avec acharnement tous les défis, Gan a obligé notre équipe à continuer sur le rythme de ces dernières semaines: mettre beaucoup de puissance devant, placer ensuite des accélérations. Voilà comment on en arrive à une joute à douze essais (neuf + trois), en se demandant au passage comment autant de cartons ont trouvé matière à être distribués sur des phases sans la moindre volonté de nuire à l’esprit du jeu. Oui, on ne sortira jamais de ce gouffre entre l’esprit et la lettre ?

Après d’agréables agapes offertes par le club à ses partenaires et abonnés, l’après-midi sur l’impeccable terrain serrois a toujours été plein d’intérêt, les succès de nos deux équipes seniors prouvant, si besoin était, la solidité de l’effectif en général, qualifié sans souci dans sa catégorie respective. Au delà du résultat, c’est l’impression dégagée par l’ASPL qui est à retenir avec un jeu structuré où chacun trouve sa place, dans un équilibre que l’on peut qualifier de (presque ?) parfait. Prenons le détail des essais avec des auteurs à la finition positionnés autant devant que derrière: c’est bien la preuve par neuf d’une complémentarité synonyme d’efficacité. De là à vous dire, pris dans une douce euphorie, que le proche futur va être d’un bleu éclatant ? Il peut l’être si les ingrédients de base demeurent un impératif, mais tout le monde au club sait bien qu’un gentillet match de poule n’a rien à voir avec une phase finale éliminatoire. Reste que passer avril avec des certitudes est autrement plus confortable que baigner dans un océan de doutes.

L’épreuve de vérité, c’est pour cette fin de mois, après le déplacement pascal à Auch sans incidence au classement. L’adversaire du 28 avril, en même temps que fêter les Valérie et se souvenir des Déportés, sera – après validation de la FFR – l’A.S Bayonne, au pied des remparts, sur un terrain synthétique. Ces voisins basques terminent quatrièmes de la poule 14 où Rion, Soustons et Navarrenx sont aussi qualifiés.

PONT-LONG 59
Ont joué : Pailhe – Cauna, Fourtine ; Giodano (cap.), Touzeau – (o) Samadet, (m) C. Castéran – Lafon, Man, Hamdane – Rouquette, Courade – Cazalet, T. Casteran, Faroux.
Sont rentrés : Lacassia, Darmana, Benali, Deloye, Galabert, Miremont, Lafourcade-Rigail.
Entraîneurs : David Laperne et Bertrand Saux
GAN 24
Ont joué : Rechencq – J. Soler, Eusépi, F. Soler, Pasquier – (o) Costes, (m) P. Cambon – Majesté (cap.), Igleslas, Terradot – Laplace, Salabert – Michaut, B. Cambon, Masse.
Sont entrés : Pedegert, Miegebielle, Peyroutet, Barrere, Soules, Sardoy, Barantol.
Entraîneurs : Patrick Eusepi, Nicolas Labaigs et Mikael Armary
À Serres-Castet (stade Henri Marracq) : mi-temps 26-10. 550 spectateurs.
Arbitre : Kevin Garbay (Ligue Occitanie).
Pour Pont-Long : 9 essais Cauna (9e, 61e), C. Castéran (26e), Lafon (31e, 38e), Pailhé (45e), Faroux (49e), Man (72e), Galabert (77e) ; 7 transformations Samadet (10e, 32e, 39e, 46e, 50e, 62e) et Miremont (78e).
Pour Gan: 3 essais P. Cambon (34e), Costes (53e), Terradot (80e+1) ; 3 transformations Rechencq (35e, 54e), Baranthol (80e+1) ; 1 pénalité Costes (13e).
Cartons blancs : Man (80e) à Pont-Long ; Barrère (75e) pour Gan
Cartons jaunes : Cauna (42e), Courade (57e) à Pont-Long ; Majesté (47e) à Gan