Dimanche 3 mars – Fédérale 3 – Nogaro / AS Pont Long

Ce bon Jean de La Fontaine a-t-il des racines gersoises ? Mes connaissances littéraires étant facilement épuisables et la généalogie une parente éloignée, je reste au questionnement. N’empêche que la fable (au 17ème siècle) du « Lièvre et la tortue » n’a pas pris une ride, avec la physionomie de ce match à Nogaro, référence à « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ». Et de me dire que pour résumer ce scénario carrément improbable, il faut aussi avoir la chance de côtoyer des copains qui vous mâchent le boulot: entre l’un qui se demande « quand Est-ce que l’ASPL commence son match ? » alors que nous sommes à la 13ème minute et l’autre qui me parle de « remontada » demi de bière à la main, tout est conforme à cet après-midi étonnant. Pour les non présents au match: Nogaro mène 16-0 avant le premier quart d’heure et nous gagnons 32-29! Mais tout cela a semblé tellement irréel que, très franchement, nous n’avons pas vraiment douté (au point de l’emporter ???), en tout cas pour stopper le mauvais rêve.

Décryptant le passage de la fable en l’accommodant à notre modeste sauce:  » Il ne sert à rien de se précipiter si on est sage et prévoyant. Toute chose demande du temps, il faut s’y consacrer autant que nécessaire et non sous-estimer une tâche et la faire tardivement à la hâte. Si la détermination et la volonté sont là, si l’on ne confond pas vitesse et précipitation, il suffit de se hâter lentement ». Donc laisser le temps au temps, pour reprendre l’adage du président de la République des années 80.

L’ASPL n’a pas agi autrement. Sans s’affoler, elle a mis son jeu en place: une touche près des buts qui se structure et qui efface toute opposition, un coup de pied dans la partie dégarnie, une défense transpercée au centre, voilà l’histoire simple de trois essais transformés, pour n’être menée au repos que 22-21. Déjà la « remontada ». Et il en reste une, décisive celle-là. Moins enlevé et spectaculaire que le premier, le second acte n’en est pas moins intéressant. Avec les changements, on devine Nogaro proche de plier, sans pour autant rompre. Si nous passons deux pénalités contre une, la ténacité des locaux est récompensée suite à une touche bien combinée dans le couloir qui les replace en tête (29-27, 65ème). La suite devient stressante car si tous les signaux affichent la supériorité de Pont-Long dès que le jeu prend de l’ampleur, le « planchot » demeure immuable. Et revient le leitmotiv « de se hâter lentement » mais en composant avec le handicap numérique suite à des cartons. La dernière opportunité sera la bonne avec des avants qui emportent tout pour le quatrième essai (32-29).

Crânement, le Gersois livrent leurs dernières forces, cherchant sans doute la pénalité de l’égalisation. Seulement, Pont-Long sait aussi défendre et lorsqu’un plaquage offensif offre un ultime ballon de relance, c’est une action de 70 mètres toute en vitesse qui vient mourir à cinq mètres de la ligne de Nogaro… pas mécontent de récolter un bonus défensif. Nous manquons le bonus offensif ? Simple péripétie. L’essentiel est bien d’avoir, à temps, remis notre jeu à son vrai niveau.

Samedi, Laruns qui nous a toujours causé de petites misères sportives, arrive avec l’idée de se qualifier en cinquième, voire en quatrième position de la poule. A bon entendeur …!

NOGARO 29
Ont joué : Aurensan ; Laffitte, Monier, Lallier, Lequertier ; (o) Peyret (m) ; Destruhaud ; Filituulagua, Hueso, Lamarque ; Cagnin (cap), Bibé ; Cazeneuve, Achilli, Bouin.
Sont entrés : Roche, Gestède, Ortéga, Maronèse, Ducamin, Sampéré, Dubourdieu.

PONT LONG 32
Ont joué : Cauna ; Fourtine, Giordano (cap), Castagné, Touzeau ; (o) Samadet ; (m) Miremont ; Man, Galabert, Hamdane ; Rouquette, Courade ; Cazalet, Casteran Th., Faroux.
Sont entrés : Lacassia, Darmana, Lafon, Agueb, Deloye, Castéran Cl., Carricart.
A Nogaro : Mi-temps : 22-21. Arbitre : M. Bernachy (Nouvelle Aquitaine).
Pour Nogaro : 2 essais Monier (11e), Achilli (65e), 2 transformations, 5 pénalités Peyret (1re, 3e, 9e, 29e, 36e).
Pour Pont Long : 4 essais Castéran T. (15e), Cauna (26e), Giordano (32e), Faroux (79e), 3 transformations, 2 pénalités (50e, 57e) Samadet.
Carton blanc : Filituulagua (70e) à Nogaro.
Cartons jaunes : Faroux (64e), Cazalet (75e) à Pont Long.