Dimanche 17 février – Fédérale 3 – ASPL / Vic Fezensac

Nombreuses face à Villeneuve de Marsan une semaine auparavant, nous avions envie de revoir ces mêmes initiatives cette fois mieux terminées. Résultat en recevant Vic Fezensac: une copie propre, conforme à nos souhaits, avec un contenu de nature à envisager le futur sereinement. Voire même avec un gros appétit puisque (la qualification déjà quasiment en poche) chaque match est maintenant propice à préparer les échéances printanières surtout que le menu à venir nous met en présence du haut de tableau. Ces huit essais pour trois concédés, l’ont été au prix de plusieurs conditions, à commencer par l’état d’esprit des visiteurs irréprochable de bout en bout et l’envie de l’arbitre de marier l’esprit et la lettre. Huit essais variés dans leurs aboutissements entre avancées des avants, jeu au large et initiatives personnelles du meilleur aloi.

Bien sûr, personne n’est dupe, les échéances à venir vont être contre des oppositions autrement plus consistantes et c’est donc là que l’on va mesurer les vraies forces et faiblesses de notre équipe. Ce révélateur, sur des terrains franchement reverdis, promet de beaux moments d’excitation dans la mesure où il va nous obliger à monter en puissance, ceci dans un esprit de groupe élargi au possible puisque les copains de la « B » sont sur la même dynamique.

« La balle à l’aile, la vie est belle »: cette tirade a été de mode quand le XV de France gagnait, ce qui est d’une autre époque comme la physionomie du rugby qui change elle aussi. Comment les Anglais nous ont parfois ridiculisés ? Avec des coups de pied suffisamment intelligents pour nous déboussoler et nous mettre la pagaille, la vitesse faisant le reste, et quelques gaillards du pack capables de transpercer. Ce registre, nous sommes capables de l’appliquer sans rien renier: nous apprécierons sans distinction l’esprit conquérant des avants et l’envie de courir des arrières. Plus un zeste de fantaisie quand des espaces s’ouvrent.

Parfaitement abordé et continué, ce match doit servir non pas de référence sur son ensemble car Vic est apparu friable parfois trop facilement, mais pour les intentions manifestées et suivies d’effet sans jamais abuser de la facilité. Une facilité pas près de se renouveler car, oui, le futur c’est carrément du costaud: pour les cinq dernières rencontres de poule certes, mais encore pour la chance qu’elles offrent de préparer de manière maximale la phase couperet. Celle qui nous donne tellement envie.

PONT LONG 50
Ont joué :  Pailhé ; Cauna, Fourtine, Giodano (Cap), Carricart ; (o) Samadet, (m) C. Castéran ; Hamdane, Lafon, Mauget ; Courade, Faroux, T. Castéran, Lamazou.
Sont rentrés : Lacassia, Darmana, Agueb, Man, Miremont, Castagnet.
Entraîneurs : David Laperne et Bertrand Saux.
VIC-FEZENSAC 17
A Serres Castet (stade Henri Marracq) N Mi-temps 26-12. 450 spectateurs. Arbitre : Lilian Lamoliate (Nouvelle Aquitaine).
Pour Pont-Long :  8 essais Lafon (3e, 12e), Lamazou (31e), Hamadane (35e), T. Casteran (42e), Pailhé (49e), Samadet (60e), Agueb (68e), 5 transformations Samadet (13e, 32e, 35e, 61e, 69e)
Pour Vic Fezensac : 3 essais Tomasella (8e), Lafforgue (17e), Quesada (80e), 1 transformation Ducousseau (9e).
Cartons jaunes :  À Pont-Long, Lafon (64e). À Vic Fezensac : Cassagne (34e), Roussille (72e).