Dimanche 27 janvier – Fédérale 3 – Riscle / AS Pont Long. Retour en images ICI
Si l’on nous a longtemps rabâché que les bonnes huitres se dégustent les mois en « R », et que le rugby a depuis la nuit des temps trouvé en hiver ses meilleures façons de s’exprimer, permettez nous de tirer un trait sur ce volet du passé. Primo, qu’elles soient de l’Atlantiques ou d’ailleurs, les molluques bivalve débarquent sur les plateaux en toutes saisons, secundo la balle ovale virevolte joyeusement à l’approche des fêtes pascales sans doute pas fâchée de quitter le noir obscur des mauls et les mains plus ou moins carressantes des costauds de l’avant. en laissant spectateurs les copains de l’arrière. 

Concernant le rugby, voilà ce que l’on rêve de voir chaque week-end, c’est-à-dire des acteurs, arbitre compris, courir aux quatre coins du terrain à se faire « péter la rate ». Doux inconscients que nous sommes! Eh oui, dame météo n’a que faire de nos fantasmes, c’est elle qui décide. A Riscle, comme partout dans la région, elle a choisi de cantonner les acteurs au petit périmètre, obligé à balancer des coups de pieds le plus loin possible, finalement a attendre l’occase. Un peu long notre préambule comme s’il fallait noircir la page d’une manière ou d’une autre, vu le peu de choses à se mettre sous la dent.

A ce jeu de dupes mais pas de vilains (on oubliera la poussée de fièvre passée la 80e minute…), les Gersois se sont montrés les plus habiles, convenons-en. Plus efficaces pour matérialiser les périodes de domination alors que la mainmise de l’ASPL durant les 20 minutes initiales se traduit seulement par une pénalité et une autre avant la pause. Entretemps, Riscle y est allé d’un premier essai transformé. De petits tas en petits tas, d’échanges au pied, le scénario est écrit d’avance mais n’y voyez aucune raillerie, pas le choix d’agir autrement. Tous de boue (on vous l’a déjà servie !),

Arrive la belle espérance, l’essai de l’ASPL en force, transformé. On se dit alors que la bonne habitude à faire sauter le verrou au fil des minutes est encore au menu. Mais voilà que tout est bizarre dans ce match avec cet avant de la 3e ligne riscloise qui gambade allègrement sur quarante mètres au milieu de nos défenseurs pris à revers. pour s’affaler près des poteaux. Soyons beaux perdants, il est allé « se le chercher » selon la formule. Bien moins élégante la réalisation suivante (76e minute): le lancer en touche de Riscle n’a rien d’académique, s’acoquine de surcroît avec le vent, donc aussi droit qu’un brin d’osier flexible à souhait, et sert d’offrande près de la ligne. Pas vu, pas pris: 19-13 et une poignée de temps à jouer.

Impossible retournement puisqu’il faut un essai transformé? Oh que non. Nous campons trois bonnes minutes sur la ligne de Riscle, l’arbitre sanctionne mais, faute de patience et de maîtrise, nous restons stériles. En ce jour de sainte Angèle, le réalisme n’était pas dans la boîte à outils de l’ASPL. La différence, qui n’a tenu qu’à une poignée de centimètres, laisse des regrets mais sans que le capital points au classement n’en souffre.

Alors mea culpa auprès des anciens, le rugby se joue aussi par temps d’hiver, même en 2019. Pont-Long saura s’en souvenir.

Villeneuve viendra le samedi … Angleterre-France, match du Tournoi des VI nations, se jouant le dimanche 10 février, les rencontres face à Villeneuve de Marsan sont avancées au samedi 9 février.