Dimanche 21 octobre – Fédérale 3 – Vic Fezencas / AS Pont Long
Pas forcément rassurés au départ, les recevants gersois, se sont mis dans de sales draps en prenant très vite deux essais transformés, et tarif identique à sept points, avant la pause (21-3). Mais on ne va pas se mentir, cette équipe de Vic nous est apparue bien friable, même si elle doit trouver des signes positifs avec sa bravoure manifestée après l’heure de jeu récompensée par un essai. En forme de baroud, presque d’honneur.
Justement, revenons-y à cette heure de jeu, aussi différente avec la suite qu’entre le jour et la nuit. Une mi-temps durant, l’ASPL a récité ses gammes (comme à l’entraînement nous ont dit les observateurs de bord du terrain des soirée de la semaine!): avants et arrières complémentaires à souhait sans chercher à attirer la lumière de manière individuelle, de la force et de la vitesse, autant de signes qui deviennent des habitudes au fil des matches cette saison. Un match vite plié côté « planchot ».

La faute à qui, à quoi ? Un scénario devenu trop facile ? Ce match, sans le moindre mauvais geste, va sombrer dans le (très) grand n’importe quoi entre cartons (c’est fou cette propension à préférer pénaliser le camp qui avance devant ou derrière!) et changements de joueurs lors des ultimes vingt minutes. Tantôt à 14 (les deux), parfois à 13 (l’ASPL), les acteurs vont transformer le public en spectateurs d’un curieux ballet synonyme d’un ballet improvisé. Une caricature « ovalesque » au pays de l’armagnac. Tellement que arbitre et délégué, non dénués de bonne volonté, ont dû se dépatouiller avec les lignes d’un règlement bien moins digestes que le… pousse-café local.

Heureusement, Pont-Long avait fait l’essentiel en inscrivant cinq essais, prouvant que cette équipe compte garder jalousement son fauteuil de leader. Et comme un brin de taquinerie nous habite, un brin seulement, misons dans une prochaine étape sur la voie toujours ouverte de la progression: arriver à passer outre sur les incongruités inattendues, d’un jeu auquel le rugby n’a rien à gagner,  par la faute de règles finalement très risibles à la marge.

Autre club du Gers, Nogaro arrive pour ce dimanche. On se répète et tant pis si l’on manque de vocabulaire, on aime ce Pont-Long cru automnal 2018, à l’image des prestations des seniors B et de toutes les équipes de jeunes, depuis les débutants.
VIC FEZENSAC 10
PONT LONG 31
Ont joué : Fourtine ; Touzeau, Giordano (cap), Castagnet, Winkler (o) Samadet (m) Lafourcade Rigail, Jouanet, Lamazou, Hamdane ; Rouquette, Courade, Faroux, Lacassia, Darmana.
Sont entrés en jeu : Casteran, Cesur, Agueb, Galabert, Saux, Young, Miremont.
A Vic : Mi-temps 3-21; 250 spectateurs. arbitre: M.Gachard.
Pour Vic : 1 essai Klaus (79e), 1 pénalité Ducousseau (10e) et 1 transformation Crespin (79e)
Pour Pont Long: 5 essais de pénalité (6e), Faroux (12e), Fourtine (30e), collectif (43e) Giordano (54e), 3 transformations Samadet (6e, 12e, 30e).
Carton jaune: à Pont-Long Hamdane (9e)
Cartons blancs: Pt-Long Agueb (57e), Casteran (60e).

SENIORS B
Vic-Fezensac 5, A S Pont-Long 32
Ils ont, de superbe manière, ouvert le festival d’art et d’essais de l’après-midi en terre gersoise. Le score est éloquent, bonus en prime, mais on a apprécié la manière avec des ailiers mis en débordement, des demis offensifs et gestionnaires à la fois, des avants tour à tour conquérants et mobiles. Cette heureuse complicité entre quelques jeunes anciens et les plus jeunes, fait plaisir à voir tellement sont nombreuses les actions apprises aux entraînements et reproduites en compétition. Vic, également dépositaire d’un jeu de mouvement a, au fil des minutes, laissé des brèches se créer pour une raison simple: ce que l’on appelle communément le « banc » a été bien inférieur a celui de Pont-Long. Certes, c’est un constat de qualité en notre faveur, mais en même temps la preuve que l’encadrement gère son effectif en ne laissant personne en route. Et c’est tant mieux pour tout le monde.